Ce que nos comportements traduisent sur nous !

Hyperactivité :

L’hyperactivité est le fait de ne pas avoir une minute pour soi-même pour se reposer, la personne vie littéralement à 100 à l’heure ! L’hyperactivité serait liée au fait de combler un manque provenant d’une situation passée (déprime, déception professionnelle et sentimentale…) ce phénomène permettrai à une personne de ne plus penser à ses histoires négatives à travers l’action. Mais attention à l’épuisement, la solution prendre au moins 10 minutes dans la journée ou une pause pour se reposer, faire des micros siestes également.

 

Sens de l’orientation :

N’avez-vous jamais entendu la phrase suivante « les hommes ont un meilleur sens de l’orientation que les femmes », ce phénomène s’explique par le fait que la partie liée à l’orientation dans le cerveau gauche des hommes et plus développé que celui dans le cerveau gauche des femmes. En effet, du temps de nos ancêtres, c’était au mâle d’aller chasser loin de la tribu et donc il était plus sujet au fait de savoir se repérer dans l’espace, la femelle quant à elle, resté au foyer. L’une des solutions consiste à représenter des noms de rue, ou endroit dans l’espace par des photos, on peut les visualiser mentalement dans sa tête pour retrouver son chemin.

 

Je garde tout :

Le phénomène de garder ses objets serait associé à un souvenir, qu’il soit bon ou mauvais, nous rappelant un lieu, une date, une personne, etc… Ce comportement traduit un manque de confiance en l’avenir « ce que je possède, c’est ce que je suis », ce comportement est ainsi traduit sois par une éducation trop exigeante sois par le fait de combler un manque affectif et émotionnel passé à travers cet objet. La solution cachée, l’objet pour ne plus s’habituer à sa présence puis jeter l’objet rappelant des souvenirs négatifs pour vous-même si on y est attaché cela ne peut vous faire que du bien ! Marquer sur une liste ce qui ne vous sert plus et faite du tri.

 

Besoin de tous planifier :

tous planifier est un moyen de faire tomber la pression, limiter le stress qui est une émotion naturelle dégagée par notre corps en cas de situation compliqués voir même de danger lié à celle-ci. En contrôlant, nous avons besoin que tous soient parfaits (perfectionnisme) la personne n’accepte pas l’erreur, l’échec. Tout planifier, c’est vouloir nous mettre à l’abri de tous reproches et avoir la reconnaissance de son entourage. Pour aimer, soyons parfais, mais pourquoi ? Parce que cette éducation est implantée dans notre tête depuis notre enfance. Ce comportement traduit aussi un moyen de combler un manque passé, une fragilité intérieure. Solution : lâcher du lest, laisser vos amis s’en occuper à votre place, déléguer encore et encore, vous vous sentirez beaucoup mieux et la pression ainsi que le stress retomberont.

 

Être aimé de tout le monde :

qui n’a pas besoin d’être aimé ? Vouloir être aimé par tout le monde, c’est craindre d’être rejeté par un seul, et se faire rejeter par cette personne fait autant de mal que de se faire aimer par les autres. Ce sentiment serait dû à la peur d’être rejeté, mais aussi à une réaction à un ressenti infantile quand l’un des deux parents n’a pas joué son rôle dans sa relation fusionnelle avec son fils. La personne est donc dans l’illusion qu’un ami ou un collègue de travail puisse remplacer cette relation fusionnelle manquante. Solution : se faire aimer par les autres, c’est commencer par s’aimer sois même !

 

J’ai toujours de mauvaises idées :

ce sentiment vient de conflits internes qui pourrissent la vie de la personne, et lui font faire par conséquence les mauvais choix, le cerveau est contrariant. Ces conflits internes, sont alimentés par les remarques des autres personnes qui exercent une influence sur nous, mais aussi par des petites phrases encrées dans notre tête depuis notre enfance comme « tu ne peux pas y arriver », « tu es nul », « c’est trop dur pour toi… ». Solution : le meilleur moyen d’y faire face et de régler ses conflits, c’est de changer ses croyances, lâcher prise, et pratiquer l’autosuggestion positive.

 

Je suis rancunier :

qui n’a jamais connu ce sentiment, ce désir brûlant de vengeance envers quelque chose, quelqu’un après un préjudice, une humiliation ? Ou plutôt se désir d’être vengé ! La rancune, c’est une frustration intérieure non mit à exécution qui reste bloquée. La colère reste à l’intérieur de la personne et provoque un état interne négatif (stress, peine, énergie négative). La rancune constitue une vraie impasse émotionnelle et une communication dégradée ! Ces expériences négatives passées nous maintiennent dans une position de fermeture aux autres et favorise la dépression, le mal-être. Pourtant, la solution au problème passe par une seule petite chose, « le pardon » ! Pardonner, oublier, et aller de l’avant, d’autres expériences à vivre et personnes extraordinaires vous attendent.

 

Lien de livres qui expliquent plus en détail nos comportements ci dessous :

Attitudes et comportements : comprendre et changer

100 conseils de psys pour corriger ces petits défauts qui nous gâchent la vie

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *